Home Blog Page 2

Mes 500 premières expressions en langue ngiemboon: Part 1

0
Mes 500 premières expressions en langue ngiemboon: Part 1

Le ngiemboon est l’une des onze langues bamiléké du Cameroun, parlée au Cameroun dans la région de l’Ouest, le département des Bamboutos, l’arrondissement de Batcham, à l’ouest de l’arrondissement de Mbouda à Balatchi, également dans le département de la Menoua, au nord de Penka-Michel.

Ses dialectes sont le Bangang, le Batcham, le Balatchi, le Bamoungong et le Balessing1.

The Ngiemboon (N’Jhamboon) language, Ngyɛmbɔɔŋ, is one of a dozen Bamileke languages spoken in Cameroon.

Dialects are Batcham (Basham), Balatchi (Balaki) and Bamoungong (Bamongoun).

Musique Bafang Haut-Nkam avec lyrics-Djoumbisie (Njoobissie) Gerard: Nzhì nshʉ̀’ bɑ̄ nshʉ̀ɑ̀ ā

0
Musique Bafang Haut-Nkam avec lyrics-Djoumbisie (Njoobissie) Gerard: Nzhì nshʉ̀’ bɑ̄ nshʉ̀ɑ̀ ā

*Yɔ̌nshǐ mbɑ̄’ Njòómbísīē Gerard* : Nzhì nshʉ̀’ bɑ̄ nshʉ̀ɑ̀ ā

*Ngɑ̌ zhí mbʉ́ɑ́ lʉ̌’ ndɑ̀ɑ̄ làh ngóó nkà’mbwěn nɑ́ nʉ̀ɑ̄ mbìyā’* : Je sais tendre le piège assommoir pour attraper des écureuils dans les champs d’arachides [ndɑ̀ɑ̀. litt. le fil].

*Ngɑ̌ zhí mbʉ́ɑ́ lʉ̌’ ndɑ̀ɑ̄ làh ngóó nkéé nɑ́ nʉ̀ɑ̄ ngòfāt* : Je sais tendre le piège assommoir pour attraper des singes dans les champs de maïs [ndɑ̀ɑ̀. litt. le fil].

*Nzhì nshʉ̀’ bɑ̄ nshʉ̀ɑ̀ ā* : il n’y a qu’un seul [piège] que je n’ai pas réussi à tendre; [litt. qui m’a dépassé]

À ā ā ā ā !!!

*Nzhì nshʉ̀’ bɑ̄ nshʉ̀ɑ̀ ā* : il n’y a qu’un seul [piège] que je n’ai pas réussi à tendre; [litt. qui m’a dépassé]

*Ngɑ̌ zhí mbʉ́ɑ́ lʉ̌’ ndɑ̀ɑ̄ làh ngóó mbɑ̀ɑ̄ndǒm těn tʉ̄ʉ̄* : Je sais tendre le piège assommoir pour attraper des rats sous les palmiers [ndɑ̀ɑ̀. litt. le fil].

*Ngɑ̌ zhí mbʉ́ɑ́ lʉ̌’ ndɑ̀ɑ̄ làh ngóó ŋāāŋáá thʉ́ shʉ̄ɑ̄* : Je sais tendre le piège assommoir pour attraper des *ŋāāŋáá* sur des pruniers [ndɑ̀ɑ̀. litt. le fil].

*Nzhì nshʉ̀’ bɑ̄ nshʉ̀ɑ̀ ā* : il n’y a qu’un seul [piège] que je n’ai pas réussi à tendre; [litt. qui m’a dépassé]

À ā ā ā ā !!!

*Pó kɑ́lǎh kɑ́ ghòō ngùɑ̀sǒm nɑ́ nzhwīē pʉ̀ lɑ̄ ō ō ō ō!!!* : Avec quoi peut-on attraper des jeunes garçons sur les femmes des gens.

*[Nǔ yāā mɑ̌njā’* : si ça fait mal

*Nǔ yāā mɑ̌njā’* : si ça fait mal

*Nǔ yāā mɑ̌njā’ ndû ngà’ tɑ̀’* : si ça fait tellement mal au mari

*À ywēn “lók” [fhʉ̀] yāā* : Qu’il achète le cadenas] x 7

*Ngɑ̌ zhí mbʉ́ɑ́ lʉ̌’ ndɑ̀ɑ̄ làh ngóó nkà’mbwěn nɑ́ nʉ̀ɑ̄ mbìyā’* : Je sais tendre le piège assommoir pour attraper des écureuils dans les champs d’arachides [ndɑ̀ɑ̀. litt. le fil].

*Ngɑ̌ zhí mbʉ́ɑ́ lʉ̌’ ndɑ̀ɑ̄ làh ngóó nkéé nɑ́ nʉ̀ɑ̄ ngòfāt* : Je sais tendre le piège assommoir pour attraper des singes dans les champs de maïs [ndɑ̀ɑ̀. litt. le fil].

*Nzhì nshʉ̀’ bɑ̄ nshʉ̀ɑ̀ ā* : il n’y a qu’un seul [piège] que je n’ai pas réussi à tendre; [litt. qui m’a dépassé]

À ā ā ā ā !!!

*Nzhì nshʉ̀’ bɑ̄ nshʉ̀ɑ̀ ā* : il n’y a qu’un seul [piège] que je n’ai pas réussi à tendre; [litt. qui m’a dépassé]

*Ngɑ̌ zhí mbʉ́ɑ́ lʉ̌’ ndɑ̀ɑ̄ làh ngóó mbɑ̀ɑ̄ndǒm těn tʉ̄ʉ̄* : Je sais tendre le piège assommoir pour attraper des rats sous les palmiers [ndɑ̀ɑ̀. litt. le fil].

*Ngɑ̌ zhí mbʉ́ɑ́ lʉ̌’ ndɑ̀ɑ̄ làh ngóó ŋāāŋáá thʉ́ shʉ̄ɑ̄* : Je sais tendre le piège assommoir pour attraper des *ŋāāŋáá* sur des pruniers [ndɑ̀ɑ̀. litt. le fil].

*Nzhì nshʉ̀’ bɑ̄ nshʉ̀ɑ̀ ā* : il n’y a qu’un seul [piège] que je n’ai pas réussi à tendre; [litt. qui m’a dépassé]

À ā ā ā ā !!!

*Pó kɑ́lǎh kɑ́ ghòō ngùɑ̀ngòó nɑ́ ndû pʉ̀ lɑ̄ ō ō ō ō* : Avec quoi peut-on attraper des jeunes filles sur les maris des gens !!!

*[Nǔ yāā mɑ̌njā’* : si ça fait mal

*Nǔ yāā mɑ̌njā’* : si ça fait mal

*Nǔ yāā mɑ̌njā’ nzhwīē ngà’ tɑ̀’* : si ça fait tellement mal à la femme

*À ywēn “lók” [fhʉ̀] yāā* : Qu’elle achète le cadenas] x 11

Apprenons à nos enfants à compter d’abord en leur langue maternelle: Cas dunufi (Fe’efe’e)

0
Apprenons à nos enfants à compter d’abord en leur langue maternelle: Cas dunufi (Fe’efe’e)

Lien pour vous procurer ces batonnêts: https://amzn.to/3oUQ2jo

Chanson Folklorique Bamileke nufi Fabrice de Bana: Wen sǐ’ nkūɑ̄ bɑ̄ mɑ ǎ njīī : Qui vivra verra

0
Chanson Folklorique Bamileke nufi  Fabrice de Bana: Wen sǐ’ nkūɑ̄ bɑ̄ mɑ ǎ njīī  : Qui vivra verra

*Lyrics de la chanson* : Wen sǐ’ nkūɑ̄ bɑ̄ mɑ ǎ njīī Qui vivra verra

*Ka’yǒh Nzɑ̂ Mɑ̂npǒ’kām Fabrice Debana* :

*Mfâhtìè* : Shck Ngǎ’ko Cɑ̌’kām pí Shck Ca᷅mnà’

*N dɑbɑ̌ mên Mɑ̄nǐnko’, n̄sə̄ə̄ ndʉndām* : J’étais enfant de Mɑ̄nǐnko’ (mère des jumeaux choyée), j’ai manqué le jujube

*Tɑ n kɑ́lǎh kɑ́ tɑ́ pēn ngʉɑ’ndʉ̄ɑ̄ ɑ̄ ?* : Avec quoi devrais-je être considéré comme jumeau?

*Mfhʉ́sīē Nzɑ̂ Mɑ̂npǒ’kām Sagam* : l’Ancêtre Nzɑ̂ Mɑ̂npǒ’kām Sagam

*Yǐ Túnkə̀ə̀* : Originaire du Haut-Nkam

*Wen sǐ’ nkūɑ̄ bɑ̄ mɑ ǎ njīī ee* : Qui vivra verra; litt. Si quelqu’un ne meurt pas, c’est qu’il verra.

*Mɑ a kɑ́yīī* : C’est qu’il verra.

*Wen sǐ’ nkūɑ̄ bɑ̄ mɑ ǎ njīī Kamɑ̀rûn o o* : Ô cher Cameroun, qui vivra verra; litt. Ô cher Cameroun, si quelqu’un ne meurt pas, c’est qu’il verra.

*Mɑ a kɑ́yīī* : C’est qu’il verra.

*Tɑ līē’ n kɑ́sǎt nkoo la nnʉ́ɑ́ mbí pen lɑ́ mamā o ho* : Le jour où je mourais, maman; litt. Quand je vais tourner le dos et vous abandonner.

*Pen sī’ mɑ̄ncōmsī ā píá nkwee nu mǎ wǎ’* : Souvenez-vous de moi grâce à mes bienfaits.

*Mɑ́ kɑ́ bɑ́ngʉ́ tɑ̄ pʉnok mɑ̄njēē ngʉ̄ɑ̄’ ɑ̄?* : Pourquoi trop de souffrance ? Litt. Qu’est ce qui fait tant souffrir les gens ?

*Pen sī’ mɑ̄ncōmsī ā píá nkám nu mǎ wǎ’* : Souvenez-vous de moi grâce à mes bienfaits.

*Mɑ́ kɑ́ bɑ́ngʉ́ tɑ̄ pʉnok mɑ̄njēē ngʉ̄ɑ̄’ ɑ̄?* : Pourquoi trop de souffrance ? Litt. Qu’est ce qui fait tant souffrir les gens ?

*Mó’ pʉnǒk ndom sīecɑ̄’ bɑ̌ póómɑ̄ lɑ̄ ē* : Certaines personnes sur cette terre mes frères et mes sœurs.

*Mɑ pō lɑcǒ nsʉɑ́ nɑ́ nǔ nkɑ̄ɑ̄ si mɑ̄nzhī zɑ̀ɑ̄* : Sont entrés dans la sorcellerie à cause de l’argent sans s’en rendre compte

*Mǒ’ ndə̄ə̄ndʉ̄ɑ̄, ǎ lɑ mɑ̄nzī* : D’aucun se marient et ne procréent pas

*Zimó’ zī mbɑ zī* : D’autres accouchent même

*Nkwee pōō yi pó zī lɑ́ sīē mbɑ̄ si’ pɑnzhwia kinken* : Tous les enfants qu’elles accouchent sont des idiots; litt., des semences d’idiots; cf. nzhwìà.

*Mɑ̀ wen sǐ’ nkūɑ̄ bɑ̄ mɑ ǎ njīī kēē* : qui vivra verra; litt., si quelqu’un ne meurt pas, c’est qu’il verra

*Mɑ a kɑ́yīī* : C’est qu’il verra

*Wen sǐ’ nkūɑ̄ bɑ̄ mɑ ǎ njīī Kamɑ̀rûn o* : Ô cher Cameroun, qui vivra verra; litt. Ô cher Cameroun, si quelqu’un ne meurt pas, c’est qu’il verra.

*Mɑ a kɑ́yīī* : C’est qu’il verra.

*Wen sǐ’ nkūɑ̄ bɑ̄ mɑ ǎ njīī Afīka* : Ô cher Afrique, qui vivra verra; litt. Ô cher Afrique, si quelqu’un ne meurt pas, c’est qu’il verra.

*Mɑ a kɑ́yīī* : C’est qu’il verra.

*Mɑ́ tɑ līē’ (yì) n kɑ́sǎt nkoo la nnʉ́ɑ́ mbí pen lɑ́ mamā o hoho* : Le jour où je mourais, maman; litt. Quand je vais tourner le dos et vous abandonner.

*Pen sī’ mɑ̄ncōmsī ā píá nkwee nu mǎ wǎ’* : Souvenez-vous de moi grâce à mes bienfaits.

*Mɑ́ kɑ́ bɑ́ngʉ́ tɑ́ pʉnok mɑ̄njēē ngʉ̄ɑ̄’ ɑ̄?* : Pourquoi trop de souffrance ? Litt. Qu’est ce qui fait tant souffrir les gens ?

*Pen sī’ mɑ̄ncōmsī ā píá nkám nu mǎ wǎ’* : Souvenez-vous de moi grâce à mes bienfaits.

*Mɑ́ kɑ́ bɑ́ngʉ́ tɑ̄ pʉnok mɑ̄njēē ngʉ̄ɑ̄’ ɑ̄?* : Pourquoi trop de souffrance ? Litt. Qu’est ce qui fait tant souffrir les gens ?

*Shck Dr Rodrigue Ca᷅mna’* : Dr Rodrigue Tchamna

*[Sasayéé Ghɑ̄’mbō* : La prodigalité coule à flots;

*Mɑ́ pɑh pū’sī mbō náh [ndáh] nŋāmsī* : applaudissons pour féliciter cela]x2

*Pen tɑ́’, náh (ndáh) kō’* : Fouillez en montant

*N̄tɑ́’ náh (ndáh) mfī’* : Fouillez en descendant

*Tɑ́ nu bǎ bɑ̌ nɑ́ pɑh* : Puisque ce problème nous concerne aussi

*Tɑ pɑh kɑ́ghʉ lahā lɑ̄ e* : Qu’allons-nous donc faire?

*[Ngʉ́ lāhā lɑ̄ e* : Faire donc comment]x3

*Mamā n̄gʉ́ lāhā lɑ̄ e* : Qu’allons-nous faire?

Hɑ̄āpi Lisette, Epouse Njə̌mɑ̄ni
Dacwà Pólɑ́’shwìì Rene, Guyzo
Prince Mathurin Kongue
Président Alain Kǎmga’
Adolphe Njǎmbísīē
Bandja

*Zháŋ Klǒdɑ́ Cīēncə̄ə̄, L’incontournable* : Jean Claude TIENTCHEU l’incontournable

*N dɑncǎt pʉɑ̄ njɑ̌’ nɑ́ yá’ khʉ̄ɑ̄* : J’avais accroché un sac de luxe sur les feuilles de raphia

*N̄dí’ pǎtnjam mɑ̀ fufuá ŋɑ̄’ ngwɑ̄’* : A mon retour, le vent l’avait emporté.

*Tɑ̀ lǎh zě’è* : Si bien que jusqu’aujourd’hui

*N dɑ̀’ pə́’, N dɑ’ pə̄h* : Je n’ai ni réussi, ni échoué; litt., je ne suis ni bien, ni mauvais

Tânǐ Guy Ronel NGUEMALEU, Cordo
Mme Tchoungi Bikie Antoinette

*Mǒ’ ncāk lah ncōh na í thʉ̄ “mamā”* : maman, Il y en a qui essayent de se pendre

*Ǎ lɑ kūɑ̄* : Et ne meurent pas

*Mo’ cāk lah nzhī nā i bɑ zhī* : D’autres cherchent même à se tuer

*Ǎ lɑ kūɑ̄* : Et ne meurent pas

*Mo’ tēn mɑ̄nzhi mmɑ́’ nā ǐ těn “matūa” [ndʉ̄’]* : D’autres vont en route se jeter sous la voiture.

*Ǎ lɑ zhī ī* : Cela ne le tue pas

*Mo’ ghōō bɑ ghoo* : D’autres tombent même malade

*N̄dōō wūɑ̄kɔ̌ mbí Sīē* : Et demande la mort à Dieu

*Síé lɑ pēn* : Dieu n’accepte pas

*Tɑ́ ǹ ndēn mɑ́ kɑ́ wū lɑ̄* : Alors, quel est mon conseil ? [Litt. Qu’est-ce que je dis ?]

*Mɑ́ wen nák nak mǐ* : Que chacun suivent son destin; litt., que chacun marche sa marche.

*Mbí Kamərûn* : Au Cameroun

*Mɑ́ wen nák nak mǐ* : Que chacun suive son destin; litt., que chacun marche sa marche.

*Mbí mfə̌mfə̀* : aux rois

Joie indicible lors des cours interactifs de la langue fe’efe’e sur zoom.

0
Joie indicible lors des cours interactifs de la langue fe’efe’e sur zoom.

Fiche d’inscription au cours de la langue fe’efe’e:

[NIVEAU DEBUTANT] :
https://forms.gle/SYo7RGPqW8awHV9n6

[INTERMEDIAIRE] :
https://forms.gle/jEXDRkDHWFkDUF76A

Cours Nufi Zoom Groupe 4. 28 Octobre 2020

0
Cours Nufi Zoom Groupe 4. 28 Octobre 2020

Cours Nufi Zoom Groupe 4. 28 Octobre 2020

Cours nufi (5) mes premiers pas en langue fe’efe’e. 8 Decembre 2020

0
Cours nufi (5) mes premiers pas en langue fe’efe’e. 8 Decembre 2020

[NIVEAU DEBUTANT] : https://forms.gle/SYo7RGPqW8awHV9n6
[INTERMEDIAIRE] : https://forms.gle/jEXDRkDHWFkDUF76A

Historique et Objectifs de Resulam, Résurrection des Langues Maternelles Ancestrales (resulam.com)

0
Historique et Objectifs de Resulam, Résurrection des Langues Maternelles Ancestrales (resulam.com)

Site Web: www.resulam.com

PRESENTATION SOMMAIRE DE RESULAM

C’est quoi Resulam ?
Resulam, résurrection des langues maternelles ancestrale, est une association à but non lucratif, apolitique et laïc.
L’association a pour objectif de faire revivre et promouvoir les langues ancestrales, surtout les plus marginalisées et sous représentées dans le monde, et ce, par le truchement des nouvelles technologies.
Contrairement à la plupart des méthodes préexistantes, La méthode Resulam est une méthode directe qui consiste non plus à conscientiser les natifs de ces langues sur les bienfaits et les avantages de leur patrimoine, mais à passer à l’action directe, i.e. de développer les outils d’apprentissage et de les mettre GRATUITEMENT à la portée du plus grand nombre possible des locuteurs.

Origin de Resulam
L’idée de Resulam germe dans les années 2006, dans ma chambre d’étudiant à Tongolo à Yaoundé, deux ans après avoir soutenu ma thèse de DEA (Diplôme d’études approfondie en physique) à l’université de Yaounde 1 au Cameroun. L’idée de fonder une famille étant urgent pour moi à l’époque, je me posais la question à savoir quelle langue parleront mes enfants si moi-même déjà je n’arrivais pas à exprimer 30% de mes idées dans ma langue maternelle sans avoir recours aux langues du colons. Fort de cela, sans avoir jamais formellement appris ma langue maternelle, (le fè’éfě’è, parlé dans le Département du Haut-Nkam a l’Ouest du Cameroun), j’ai produit mon tout premier ouvrage en langue fè’éfě’è intitule “Ghə̀ə̄lɑ̄’ yǒh mɑ́ ndʉ̀mndām póónì”. Je rends d’ailleurs un vibrant hommage a mon initiateur dans la langue fè’éfě’è, le feu papa Ngatcheu Maurice, qui a su m’encourager dans cette lancée).

A peine avoir fini d’enregistrer le CD, on me fit savoir qu’il est vendu à mon insu dans tous les bus de transport en direction de l’Ouest Cameroun, ce qui fut pour moi une joie immense, car je n’avais aucun objectif pécuniaire par rapport au projet.

Comme autre motivation, un jour je vis une grand-mère demander de l’eau à son petit-fils qui riait aux éclats pendant que la pauvre mourrait de soif, car le pauvre enfant ne comprenait pas un seul mot de ce “charabia”. Comment rester insensible face à tous ces grands parents qui se sentent étrangers face à leur propre progéniture ?

Pire encore, il y en a qui pour parler à leurs grands-parents nécessite le concours d’un interprète en leur propre langue maternelle. Ce qui est même encore plus surprenant c’est que la quasi-totalité du peuple africain ne trouve pas en cela un problème.

Resulam est cette structure qui redonne espoir à nos frères et sœurs victime du génocide linguistique, en leur permettant de se ressourcer au puits de leur sciences ancestrales, connaissances qui ne se dévoileront qu’a travers leur langue maternelles et non celles de l’envahisseur. Une langue exogène ne peut JAMAIS exprimer nos réalités, même les plus élémentaires tels que le nom de nos aliments, n’en parlons plus de nos sciences ancestrales, de nos technologies, de notre médecine, de notre philosophie, de nos Arts, et j’en passe.

La méthode de Resulam est à deux étages : au premier niveau l’apprentissage de la langue maternelles, et au deuxième niveau l’enseignement de nos sciences ancestrales en utilisant nos langues comme le vecteur de transmission. L’inverse n’est que victoire à la Pyrrhus. En effet, comment peut-on enseigner notre culture et notre science en utilisant une langue étrangère avec laquelle on n’arrive même pas à exprimer même nos besoins les plus élémentaires ?
Parmi les produits que nous développons pour contrecarrer cette menace, on peut citer :

1- Des applications et logiciels d’apprentissage ludiques et pédagogiques pour ordinateur, smartphone, et tablettes.
2- Des Clés USB contenant des vidéos éducatives et des dessins animés pour l’apprentissage des langues ancestrales…
3- Des vidéos éducatives sur YouTube dans plusieurs langues africaines
4- Les livres et manuels d’apprentissage : conversation, grammaire, contes, littérature, etc.
Etc.

Les bénéficiaires de nos produits
Les bénéficiaires de nos produits sont pour la plupart des africains de toutes tranches d’âge supérieur ou égal 2 ans. Mais nous avons aussi de plus en plus d’étrangers qui par alliance ont enfin la possibilité d’apprendre de manière pédagogique la langue de leur conjoint, ce qui n’était pas possible avant.

Les défis
Notre principal défi c’est de ramener nos frères à sortir de l’état amnésique dans lequel ils se retrouvent actuellement. Nous voulons par ce processus de rééducation les aider à recouvrer leur mémoire qui par l’accident de l’esclavage et de la colonisation, a été troublée. Quand on a déjà par exemple réussi à vous faire préférer les noms étrangers en lieu et place de vos noms identitaires, et que vous ne voyez pas en cela un problème, alors l’état amnésique est encore très profond.
Un autre défi c’est de pouvoir trouver des accompagnateurs du projet.

Cours nufi (5) mes premiers pas en langue fe’efe’e. 5 Decembre 2020

0
Cours nufi (5) mes premiers pas en langue fe’efe’e. 5 Decembre 2020

*Fiche d’inscription au cours*:

[NIVEAU DEBUTANT] : https://forms.gle/SYo7RGPqW8awHV9n6
[INTERMEDIAIRE] : https://forms.gle/jEXDRkDHWFkDUF76A

Cours Langues Africaines par Resulam : cas du nufi .11 Novembre 2020

0
Cours Langues Africaines par Resulam : cas du nufi .11 Novembre 2020

*Fiche d’inscription au cours*:
[NIVEAU DEBUTANT] : https://forms.gle/SYo7RGPqW8awHV9n6
[INTERMEDIAIRE] : https://forms.gle/jEXDRkDHWFkDUF76A