Chanson Folklorique Bamileke nufi Fabrice de Bana: Wen sǐ’ nkūɑ̄ bɑ̄ mɑ ǎ njīī : Qui vivra verra

0
78
Chanson Folklorique Bamileke nufi  Fabrice de Bana: Wen sǐ’ nkūɑ̄ bɑ̄ mɑ ǎ njīī  : Qui vivra verra

*Lyrics de la chanson* : Wen sǐ’ nkūɑ̄ bɑ̄ mɑ ǎ njīī Qui vivra verra

*Ka’yǒh Nzɑ̂ Mɑ̂npǒ’kām Fabrice Debana* :

*Mfâhtìè* : Shck Ngǎ’ko Cɑ̌’kām pí Shck Ca᷅mnà’

*N dɑbɑ̌ mên Mɑ̄nǐnko’, n̄sə̄ə̄ ndʉndām* : J’étais enfant de Mɑ̄nǐnko’ (mère des jumeaux choyée), j’ai manqué le jujube

*Tɑ n kɑ́lǎh kɑ́ tɑ́ pēn ngʉɑ’ndʉ̄ɑ̄ ɑ̄ ?* : Avec quoi devrais-je être considéré comme jumeau?

*Mfhʉ́sīē Nzɑ̂ Mɑ̂npǒ’kām Sagam* : l’Ancêtre Nzɑ̂ Mɑ̂npǒ’kām Sagam

*Yǐ Túnkə̀ə̀* : Originaire du Haut-Nkam

*Wen sǐ’ nkūɑ̄ bɑ̄ mɑ ǎ njīī ee* : Qui vivra verra; litt. Si quelqu’un ne meurt pas, c’est qu’il verra.

*Mɑ a kɑ́yīī* : C’est qu’il verra.

*Wen sǐ’ nkūɑ̄ bɑ̄ mɑ ǎ njīī Kamɑ̀rûn o o* : Ô cher Cameroun, qui vivra verra; litt. Ô cher Cameroun, si quelqu’un ne meurt pas, c’est qu’il verra.

*Mɑ a kɑ́yīī* : C’est qu’il verra.

*Tɑ līē’ n kɑ́sǎt nkoo la nnʉ́ɑ́ mbí pen lɑ́ mamā o ho* : Le jour où je mourais, maman; litt. Quand je vais tourner le dos et vous abandonner.

*Pen sī’ mɑ̄ncōmsī ā píá nkwee nu mǎ wǎ’* : Souvenez-vous de moi grâce à mes bienfaits.

*Mɑ́ kɑ́ bɑ́ngʉ́ tɑ̄ pʉnok mɑ̄njēē ngʉ̄ɑ̄’ ɑ̄?* : Pourquoi trop de souffrance ? Litt. Qu’est ce qui fait tant souffrir les gens ?

*Pen sī’ mɑ̄ncōmsī ā píá nkám nu mǎ wǎ’* : Souvenez-vous de moi grâce à mes bienfaits.

*Mɑ́ kɑ́ bɑ́ngʉ́ tɑ̄ pʉnok mɑ̄njēē ngʉ̄ɑ̄’ ɑ̄?* : Pourquoi trop de souffrance ? Litt. Qu’est ce qui fait tant souffrir les gens ?

*Mó’ pʉnǒk ndom sīecɑ̄’ bɑ̌ póómɑ̄ lɑ̄ ē* : Certaines personnes sur cette terre mes frères et mes sœurs.

*Mɑ pō lɑcǒ nsʉɑ́ nɑ́ nǔ nkɑ̄ɑ̄ si mɑ̄nzhī zɑ̀ɑ̄* : Sont entrés dans la sorcellerie à cause de l’argent sans s’en rendre compte

*Mǒ’ ndə̄ə̄ndʉ̄ɑ̄, ǎ lɑ mɑ̄nzī* : D’aucun se marient et ne procréent pas

*Zimó’ zī mbɑ zī* : D’autres accouchent même

*Nkwee pōō yi pó zī lɑ́ sīē mbɑ̄ si’ pɑnzhwia kinken* : Tous les enfants qu’elles accouchent sont des idiots; litt., des semences d’idiots; cf. nzhwìà.

*Mɑ̀ wen sǐ’ nkūɑ̄ bɑ̄ mɑ ǎ njīī kēē* : qui vivra verra; litt., si quelqu’un ne meurt pas, c’est qu’il verra

*Mɑ a kɑ́yīī* : C’est qu’il verra

*Wen sǐ’ nkūɑ̄ bɑ̄ mɑ ǎ njīī Kamɑ̀rûn o* : Ô cher Cameroun, qui vivra verra; litt. Ô cher Cameroun, si quelqu’un ne meurt pas, c’est qu’il verra.

*Mɑ a kɑ́yīī* : C’est qu’il verra.

*Wen sǐ’ nkūɑ̄ bɑ̄ mɑ ǎ njīī Afīka* : Ô cher Afrique, qui vivra verra; litt. Ô cher Afrique, si quelqu’un ne meurt pas, c’est qu’il verra.

*Mɑ a kɑ́yīī* : C’est qu’il verra.

*Mɑ́ tɑ līē’ (yì) n kɑ́sǎt nkoo la nnʉ́ɑ́ mbí pen lɑ́ mamā o hoho* : Le jour où je mourais, maman; litt. Quand je vais tourner le dos et vous abandonner.

*Pen sī’ mɑ̄ncōmsī ā píá nkwee nu mǎ wǎ’* : Souvenez-vous de moi grâce à mes bienfaits.

*Mɑ́ kɑ́ bɑ́ngʉ́ tɑ́ pʉnok mɑ̄njēē ngʉ̄ɑ̄’ ɑ̄?* : Pourquoi trop de souffrance ? Litt. Qu’est ce qui fait tant souffrir les gens ?

*Pen sī’ mɑ̄ncōmsī ā píá nkám nu mǎ wǎ’* : Souvenez-vous de moi grâce à mes bienfaits.

*Mɑ́ kɑ́ bɑ́ngʉ́ tɑ̄ pʉnok mɑ̄njēē ngʉ̄ɑ̄’ ɑ̄?* : Pourquoi trop de souffrance ? Litt. Qu’est ce qui fait tant souffrir les gens ?

*Shck Dr Rodrigue Ca᷅mna’* : Dr Rodrigue Tchamna

*[Sasayéé Ghɑ̄’mbō* : La prodigalité coule à flots;

*Mɑ́ pɑh pū’sī mbō náh [ndáh] nŋāmsī* : applaudissons pour féliciter cela]x2

*Pen tɑ́’, náh (ndáh) kō’* : Fouillez en montant

*N̄tɑ́’ náh (ndáh) mfī’* : Fouillez en descendant

*Tɑ́ nu bǎ bɑ̌ nɑ́ pɑh* : Puisque ce problème nous concerne aussi

*Tɑ pɑh kɑ́ghʉ lahā lɑ̄ e* : Qu’allons-nous donc faire?

*[Ngʉ́ lāhā lɑ̄ e* : Faire donc comment]x3

*Mamā n̄gʉ́ lāhā lɑ̄ e* : Qu’allons-nous faire?

Hɑ̄āpi Lisette, Epouse Njə̌mɑ̄ni
Dacwà Pólɑ́’shwìì Rene, Guyzo
Prince Mathurin Kongue
Président Alain Kǎmga’
Adolphe Njǎmbísīē
Bandja

*Zháŋ Klǒdɑ́ Cīēncə̄ə̄, L’incontournable* : Jean Claude TIENTCHEU l’incontournable

*N dɑncǎt pʉɑ̄ njɑ̌’ nɑ́ yá’ khʉ̄ɑ̄* : J’avais accroché un sac de luxe sur les feuilles de raphia

*N̄dí’ pǎtnjam mɑ̀ fufuá ŋɑ̄’ ngwɑ̄’* : A mon retour, le vent l’avait emporté.

*Tɑ̀ lǎh zě’è* : Si bien que jusqu’aujourd’hui

*N dɑ̀’ pə́’, N dɑ’ pə̄h* : Je n’ai ni réussi, ni échoué; litt., je ne suis ni bien, ni mauvais

Tânǐ Guy Ronel NGUEMALEU, Cordo
Mme Tchoungi Bikie Antoinette

*Mǒ’ ncāk lah ncōh na í thʉ̄ “mamā”* : maman, Il y en a qui essayent de se pendre

*Ǎ lɑ kūɑ̄* : Et ne meurent pas

*Mo’ cāk lah nzhī nā i bɑ zhī* : D’autres cherchent même à se tuer

*Ǎ lɑ kūɑ̄* : Et ne meurent pas

*Mo’ tēn mɑ̄nzhi mmɑ́’ nā ǐ těn “matūa” [ndʉ̄’]* : D’autres vont en route se jeter sous la voiture.

*Ǎ lɑ zhī ī* : Cela ne le tue pas

*Mo’ ghōō bɑ ghoo* : D’autres tombent même malade

*N̄dōō wūɑ̄kɔ̌ mbí Sīē* : Et demande la mort à Dieu

*Síé lɑ pēn* : Dieu n’accepte pas

*Tɑ́ ǹ ndēn mɑ́ kɑ́ wū lɑ̄* : Alors, quel est mon conseil ? [Litt. Qu’est-ce que je dis ?]

*Mɑ́ wen nák nak mǐ* : Que chacun suivent son destin; litt., que chacun marche sa marche.

*Mbí Kamərûn* : Au Cameroun

*Mɑ́ wen nák nak mǐ* : Que chacun suive son destin; litt., que chacun marche sa marche.

*Mbí mfə̌mfə̀* : aux rois

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here


4 + 9 =