Discours Multilingue Mme Ndonke, pour le 21 Février 2020: Journée Internationale Langue Maternelle

0
729
Discours Multilingue Mme Ndonke, pour le 21 Février 2020: Journée Internationale Langue Maternelle

Ce discours a été prononcé par Mme Joséphine Ndonke, le 17 Février 2020, au Lycée Bilingue de Dschang dans le Département de la Menoua, à l’Ouest du Cameroun,
pour le compte de la Journée Internationale de la Langue Maternelle du 21 Février 2020.

Bienvenue à tous en cette cérémonie d’ouverture de la 21e édition de la Journée Internationale de la Langue Maternelle.

Le thème arrêté par l’UNESCO est intitulé “langues sans frontières”; et au niveau national il s’intitule ensemble cultivons la paix et le vivre-ensemble avec les outils des arts langues et cultures nationales.

Nous saisissons cette ‘occasion pour interpeller les Africains en général et chaque Camerounais en particulier, de s’approprier son identité qui n’est rien d’autre que sa langue et sa culture.

De s’imprégner et d’intégrer toutes les aires linguistiques et culturelles du Cameroun.

Car un homme qui ne sait pas parler sa langue et ne maîtrise pas sa culture, est comme du sel sans saveur bon à être jeté dans une poubelle.
Le défunt roi Sa Majesté Djoumessi Mathias disait: “lorsqu’on vous donne quelque chose ce n’est que pour ajouter à ce que vous possédez déjà. Si vous dépendez de quelqu’un pour vivre, jamais et au grand jamais vous ne serez épanouis de votre vie.”

Ceci dit, nous allons beau parler français, anglais, espagnol, allemand, chinois, portugais etc.

Si ce n’est pas pas pour ajouter à la nôtre ça sera comme le dit le jargon camerounais “La course dans le sac”.

D’où l’enculturation, qui est non seulement le fait d’être enraciné dans sa propre culture, mais aussi le fait de prendre dans la culture de l’autre, ce qui peut nous être utile, bénéfique, pour ajouter à la nôtre, et non d’abandonner la nôtre au profit de celle des autres.

Chers collègues, chers parents, chers élèves, chers invités, communiquons au sein de nos familles dans nos langues maternelles.

Valorisons nos langues et défendons nos cultures.

Soyons fiers d’être des Yemba, des Medʉ̂mbɑ̀, des Douala, des Fe’efe’e, des Ewondo, des Bulu, Lāmnsɔ̄’, des Bafut, Fufuldé…

Sentons-nous fier de nous appeler Ndɔ̀nkʉ̀ŋ (Ndonke), Ŋkə̌ŋfāk, Càkūntè, Cə̂cwà’, Ekwala, Atangana, Tâlā’, Gòmlù’, Ndifɔ, Amadou, Rachidetou

Vive l’Afrique, Vive le Cameroun, Vive les Cultures Ancestrales, Vive les langues maternelles, merci, et merci.

Merci infiniment à Resulam, résurrection des langues maternelles ancestrales, pour l’imense travail qu’elle abat pour la revalorisation des langues maternelles africaines

Ne quittez pas… La version en quelques langues camerounaises suit après cet intermède musical

Duālá :
Mbóa,
Masóma na binyɔ́ éé !!!
Pɔ lá ɓwâm
Ó télε lá ŋgando a ɓwambo ɓwá ɓambámbέ.
Na sôm !

Fe’éfě’e (Nùfī) :
Ngɑ̌ cɑ̀’sì yēē lɑ́ pōōmɑ̄ : Je vous salue mes frères.
Ngɑ̌ pén yéé nɑ́ mvàk báá yì pěn nsɑ̀’, ɑ́ pɑ̀h cō’ béé líé’nzɑ́ cà’sǐ ghə̀ə̄lɑ̄’ lɑ́.
ɑ́ pɑ̀h tā’sī pɑ́’ ngʉ́ngà’ lɑ́ ngén nsó mbō nkō ghə̀ə̄lɑ̄’ yōh!
Lɑ́, mfátmfāt tènmvàk, ngɑ̌ pén yēē tɑ̀ kēēmbʉ̄ɑ̄.

je vous remercie d’être avec nous en cette cérémonie d’ouverture de la célébration de la journée de la langue maternelle. unissons nous pour valoriser nos langues maternelles et défendre nos cultures.
Sur ce, chers frères et sœurs, je vous remercie infiniment
Fufulde :
Mìdóhóf nà mùn hāndè ngàm ùn dó há cáká ámìn.
Hámīn hέbà’ wádà júldè wàldè bààbà àmìn.
Háútɛ̀n há hέ bà’ wàldè àmìn yá hà yɛ̀έsò’.

Yémba :
Èpɔ̄mémīā mə̀ŋə́ tsà’tè, ḿbìŋ sīāknē wέ léshʉ̀’ píìmpɛ̀ tsɔ̀’ɔ̀ thū ánε lɛ̄’ lékāk légù’tè mèlā’ pɔ́ lètɔ̀tè mètswhī là’ míìmpɛ̀.
*Mīāmīà* lɛ̄’ lékāk jʉ̀ɔ́ *mέt* sī ŋgɔ̄ ~nɛ̀~ lɛ̄’ ntsɔ̀pzέmɔ̀’ɔ́ mègə̄m mbīā; èwɔ̀ŋkhʉ̄ pɔ́ɔ̀ sá’ ḿvhɔ̀ lā’ métsō mīi pɔ́ kè pέttēe lélɔ̀k ndɔ̄k lā’ pɔ́ tswhī là’ zɔ́ɔ̀mpɛ̀ ŋgʉ̄ɔ̄ mvhɔ̄.
Tέ Ǹ dɔ̀k swíŋtέɛ̀ èpùɔ̀ mètsə̀m, mèmɔ̀’ɔ́ pɔ́ mèmíá èwɔ̀ŋkhʉ̄ ŋgɛ̀ pɛ̀ gù’tè mèlà’ míìmpɛ̀, ńtɔ̄tē tswhī lā’, ńzí’né èwɔ̀ŋkhʉ̄ léshùŋ lā’, ńzí’né wɔ́p létí, ḿbìŋ tɔ́ŋ ; ńdɔ̀k mbá átsàànè,
pá’ Shck Ca᷅mnà’ lè gɛ̀ : « Nyìŋ wɔ̀ tè zhέ léshùŋnè là’ zí, mbɔ̀ á pà’ àthʉ́ tè ŋgàŋ lā ». Mə̀ŋə́ sìàknè.

Anu lā’ nzaŋ gá tε’
Ńzáŋ lε kɔ̄,
Nzáŋ gá te shʉ̄’ nchu ntə̄ məŋ tém gá ε lək lək lək,
ntém gá

Anu mɔ́ ɔ nzaŋ gá tε’
Ńzáŋ lε kɔ̄,
Nzáŋ gá te shʉ̄’ nchu ntə̄ məŋ tém gá ε lək lək lək,
ntém gá

Mə̌ lɑ̀btə̀
Ngaə̌ píŋ
Nà sôm
Abuí ŋgǎŋ
Akíbà
Mə̌ŋ siakne

Fɑ̀’ zě’è, ndīē wāhà nzɑ̄
Lē’ zě’è, ndīē wāhà nzhʉ́ɑ́

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here